Les maladies infantiles sont celles que l’on attrape le plus souvent pendant l’enfance. Pour l’heure, la meilleure prévention reste la vaccination, recommandée pour les infections qui présentent le plus de gravité.

Bénigne ou grave selon les cas

Les maladies de l’enfance, si elles sont le plus souvent bénignes, peuvent engendrer des complications si l’on ne prend pas les bonnes précautions.

Ainsi, il faut savoir que chez les nourrissons, la varicelle reste encore une maladie très dangereuse tandis que la rubéole, si elle se manifeste chez la femme enceinte, peut présenter des risques pour le futur bébé.

Si les maladies infantiles concernent surtout les enfants, rien n’exclue qu’elles puissent aussi contaminer les adultes.

Dans ces cas, il est important de savoir que les oreillons et la rougeole doivent faire l’objet d’une surveillance particulière chez les adolescents et les adultes, car ils peuvent engendrer de graves complications.

Les maladies infantiles les plus courantes

Les maladies infantiles qui comprennent l’apparition de boutons dans les symptômes sont constituées par la rougeole, la varicelle, la scarlatine, la rubéole, le syndrome pieds-mains-bouche.

Celles sans boutons sont constituées par la coqueluche, la bronchiolite et les oreillons.

Les maladies infantiles les plus courantes sont par contre la varicelle, la roséole, le syndrome pieds-mains-bouche, l’érythème infectieux et l’otite moyenne aigue.

Les symptômes que l’on rencontre couramment dans les maladies infantiles, en plus des boutons, incluent de la fièvre, de la toux, des maux de tête et des oreilles, de la diarrhée et des vomissements, de la somnolence.

La prévention des maladies infantiles

La meilleure prévention des maladies infantiles passent par la vaccination.

Le vaccin ROR-Var protège de la rougeole, des oreillons, de la rubéole et de la varicelle et s’administre dès la première année de la vie de l’enfant.

Le vaccin contre la coqueluche peut intervenir en même temps que le DT Polio.

Pour les autres maladies infantiles qui n’ont pas de vaccin associé comme la roséole, le syndrome pieds-mains-bouche, l’érythème infectieux et l’otite moyenne aigue, la prévention consiste à observer les règles d’hygiène de base dont la première est le lavage fréquent des mains.


Cet article a été vu 232 fois !

Dans la même thématique