Longtemps considérée comme un loisir plutôt qu’un sport, la pêche a bel et bien évolué depuis une vingtaine d’années. Le cliché du monsieur assis sur sa chaise en attendant que le poisson ferre à l’hameçon est réduit aujourd’hui.

La pêche est devenue une pratique sportive depuis la mise en place de fédérations de pêche. Petit historique sur ce passe-temps devenu un sport à part entière.

Retour sur la définition du « sport »

On emploie le terme « sport » pour caractériser toute activité physique ou mentale pratiquée sous forme de jeux collectifs ou individuels, donnant souvent lieu à une compétition. Le sport moderne est une pratique fédérée, c’est-à-dire sous la tutelle d’une fédération sportive.

En partant ce constat, on considère donc la pêche comme un sport bien que certains préfèrent considérer la pratique plutôt comme un loisir, un passe-temps – en somme, un moment de détente.

La pêche sportive en quelques mots

Pour mieux comprendre ce qu’est la pêche sportive, il faut partir de sa définition et analyser ses principes et ses fondements.

La pêche sportive est avant tout, un type de pêche qui vise le plaisir de la pratique et éventuellement la consommation de ses prises. Pour rappel, la vente de poissons pêchés par des pêcheur lambda est interdite en France.

Actuellement, 3 fédérations régulent la pêche sportive en France. Ces fédérations sont membres du Comité National Olympique et Sportif Français(CNOSF) ; les voici :

  • La Fédération Française de Pêche Sportive au Coup ;
  • La Fédération Française de Pêche à la Mouche et au Lancer ;
  • La Fédération Française des Pêcheurs en Mer.

Grâce à la mise en place de ces fédérations, des compétitions sont organisées tout au long de l’année et des clubs ainsi que des écoles ont été créés. Qui sont aujourd’hui les pêcheurs sportifs ?

Les pêcheurs sportifs : qui sont-ils ?

Le pêcheur sportif voit bien souvent la pêche d’une autre manière que les pêcheurs qui pratiquent cette activité plutôt comme un passe-temps.

En effet, le pêcheur dit « sportif » voit le poisson comme un adversaire qu’il se doit de respecter. Bien évidemment, dans certaines pratiques cela est moins évident – exemple de la pêche au vif, où le poisson servant d’appât subit un sale quart d’heure.

Par ailleurs, de plus en plus de pêcheurs pratiquent le no-kill. Ce principe repose sur le fait de relâcher le poisson une fois capturé. Toutefois, il arrive que certaines captures soient conservées à titre personnel pour être consommées.

Un pêcheur sportif se doit d’être licencié auprès d’un club fédéré, et doit respecter l’ensemble des réglementations, l’environnement, la loi ainsi que les règles établies lors de compétitions.

Les types de pêche sportive

Si l’on reprend les 3 fédérations qui régulent la pêche sportive, on distingue donc 3 types de pêche sportive.

Il y a la pêche en mer qui inclut le surfcasting, la pêche de plaisance et le casting. La pêche en mer permet donc de pêcher des poissons, des crustacés et des mollusques.

La pêche au coup reprend des techniques plus traditionnelles, sans moulinet à l’aide d’une simple canne pour pêcher le poisson à un endroit spécifique, non loin du bord. La pêche au coup s’effectue généralement en eau calme. Elle permet de pêcher des poissons comme la carpe, le rotengle, le gardon et autres poissons blancs.

La pêche à la mouche et au lancer est, quant à elle, la pratique de la PALM (pêche à la mouche) caractérisée par l’utilisation de mouches artificielles. La pêche à la mouche est une pêche qui se distingue de ses sœurs de par la technique utilisée ainsi que le matériel dédié.

La pêche sportive est donc un sport pas comme les autres de par ses aspects et ses spécificités encadrées par l’ensemble des différentes fédérations qui l’englobent.


Cet article a été vu 144 fois !

Dans la même thématique