Le nombre de personnes atteintes du cancer de l’œsophage n’a cessé d’augmenter ces dernières années. De plus, ce type de maladie cancéreuse s’avère difficile à diagnostiquer, tant les premiers symptômes passent inaperçus ou n’indiquent pas forcément et de manière évidente la présence d’une quelconque tumeur cancéreuse œsophagienne. En France, c’est le 3e cancer de type digestif avec près de 4 000 nouveaux cas par an chez l’homme et 900 nouveaux cas par an chez la femme. Qu’est-ce qu’un cancer de l’œsophage ? Quels en sont les symptômes ? Comment le traiter efficacement ?

Comment le définir ?

Le cancer de l’œsophage se définit par une prolifération tumorale dans cet organe. Il est également caractérisé par deux types de cancer différents touchant l’œsophage, c’est-à-dire :

  • L’adénocarcinome (Tumeur maligne aux dépens d’un épithélium glandulaire.
  • Le carcinome épidermoïde (type le plus fréquent, généralement associé à une intoxication alcoolo-tabagique)

Le premier type se situe davantage dans les deux premiers tiers de l’œsophage, alors que le second touche le dernier tiers

Quels sont les facteurs de risque ?

Bien que les causes exactes du cancer de l’œsophage restent encore inconnues, néanmoins les médecins et les spécialistes du tube digestif connaissent bien les facteurs de risque, tels que :

  • Le tabac
  • L’alcool
  • Les boissons bouillantes
  • Ou bien encore le fait de manger trop vite et de ne pas mastiquer suffisamment les aliments (cas des tumeurs de l’estomac)

La consommation abusive d’alcool à long terme et du tabac conduit à l’irritation et l’inflammation de la paroi de l’œsophage. Une inflammation pouvant conduire à un cancer. Cette combinaison alcool-tabac s’avère particulièrement nocive et doit par conséquent être évitée, afin de se prémunir de tout risque de cancer épidermoïde.

Enfin, les troubles de reflux gastro-oesophagien (RGO) et ses complications (métaplasie de Barrett) sont aussi des facteurs prédisposant pour l’adénocarcinome de l’œsophage. L’acide et la bile de l’estomac régurgités dans la partie inférieure de l’œsophage provoquent une irritation permanente, source de cancer.


Cet article a été vu 34 fois !