Il existe une légende urbaine selon laquelle la cigarette limiterait la prise de poids. L’origine de ce mythe provient de la dépense énergétique accrue que génère la consommation de tabac. Pourtant, le principe actif de la cigarette, la nicotine, a un impact non négligeable sur les hormones du corps humain et provoque des dérèglements, notamment au niveau du stockage des graisses. Ainsi, il n’est pas rare que les fumeurs se mettent à prendre du poids alors qu’ils pensent en perdre.

Cigarette, minceur et imaginaire collectif

Dans l’imaginaire collectif, le tabac et la prise de poids sont liés de façon plus ou moins véridique. Certains pensent que cela fait maigrir, d’autre grossir, d’autres encore craignent qu’arrêter la cigarette leur fera reprendre du ventre. En effet, la sensation de manque est souvent comblée par des substituts, dont la nourriture.
Il est pourtant possible de réaliser un sevrage progressif notamment grâce à des patchs de nicotine, ou récemment, à l’aide de la cigarette électronique. Cette dernière permet de consommer le tabac sous la même forme qu’une cigarette, mais en réduisant progressivement la quantité de nicotine ingérée et en évitant de trop manger. Les e-liquide utilisés sont d’ailleurs en vente libre (cf des sites de vente en lignes tels que smoke’in) avec des dosages variés en nicotine.

La réalité des choses

La relation entre la prise de poids et le tabagisme est, en réalité, beaucoup plus compliquée.
La consommation de nicotine a un effet similaire à celui de la caféine sur le métabolisme humain: elle l’accélère. Ainsi, fumer peut accentuer la consommation de calories par l’organisme. Autre point à souligner : la cigarette a, dans une moindre mesure, une action “coupe faim” qui peut aider certains à manger moins en réduisant la sensation d’appétit.
En dehors de ces effets liés au métabolisme, la nicotine bouleverse les équilibres hormonaux du corps, avec des conséquences néfastes. Parmi les fonctions remplies par les hormones, la gestion du stockage de la masse graisseuse peut-être la plus impactée. Fumer peut donc modifier la répartition des graisses dans le corps, en augmentant la quantité de tissus adipeux au niveau de la ceinture abdominale, ce qui, en plus d’être disgracieux, représente une menace pour le système cardio-vasculaire. La molécule impactée, dans ce cas, est l’insuline : elle gère la consommation et le stockage des glucides dans le corps.
Les graisses stockées au niveau du ventre sont celles dont il est le plus dur de se débarrasser, ce qui explique les prises de poids durable chez les fumeurs de longue date.
Bref, fumer n’a jamais fait maigrir. Au contraire, la cigarette bouleverse les équilibres hormonaux et amène bien souvent à une prise de poids durable. A éviter, donc, si vous vous lancez dans un régime.

Cet article a été vu 1024 fois !