Cauchemars, difficultés de concentration, anxiété, drame familial, l’hypnose peut aider les enfants à aller mieux, en apprenant à gérer leurs émotions. Cette méthode thérapeutique offre un moyen d’accéder aux ressources intérieures de l’être humain, et les enfants semblent être d’excellents candidats.

Mais comment se passe une séance d’hypnose chez l’enfant ? Quelles sont ses principales indications ? Comment agit-elle ? Le point sur la question, dans cet article.

Les enfants ont-ils une disposition naturelle à l’hypnose ?

Les techniques d’hypnose thérapeutique sont basées sur la fixation du regard, ou une attention portée à différentes parties du corps. Elles permettent d’atteindre un état de conscience modifié, qui est différent du sommeil. Ainsi, l’hypnotiseur est capable d’atténuer une anxiété, d’apaiser une douleur, ou de soigner une addiction.

Cet état hypnotique réveille la sensibilité de la personne et élargit sa perception, tout en mettant en sommeil les efforts volontaires. Ainsi, le patient est capable de modifier la représentation qu’il se faisait de son trouble, et d’envisager d’autres solutions.

Cette méthode s’appuyant principalement sur l’imaginaire des individus, les enfants semblent être les mieux disposés naturellement, étant généralement les rois en la matière. Jusqu’à un certain âge, les enfants confondent un peu la réalité et l’imagination, avec leurs mondes magiques de princesses, de dragons, ou de super-héros.

Cette disposition naturelle est exploitée par le thérapeute, qui peut aisément proposer à l’enfant des exercices et des jeux. Un autre avantage des enfants par rapport aux adultes, c’est qu’ils se laissent souvent faire sans préjugés ni peurs.

A partir de quel âge est-il possible de pratiquer l’hypnose chez l’enfant ?

La pratique de l’hypnose thérapeutique chez l’enfant est réellement possible à partir de l’âge de trois ans. Avant cet âge, le bébé est sensible à son environnement sensoriel, et aux stimuli extérieurs comme le bercement, la chaleur, ou les matières.

Entre 3 et 7 ans, les enfants deviennent plus réceptifs au langage verbal et plonge dans l’imaginaire. Les jeux et les contes peuvent être utilisés pour effectuer un travail hypnotique. A ce stade, c’est l’hypnose conversationnelle qui est pratiquée.

Il s’agit d’une forme plus légère que l’hypnose formelle, qui permet de contourner les résistances mentales de l’enfant. L’hypnose conversationnelle se pratique en face à face, avec un dialogue thérapeutique, elle est indiquée pour les patients qui ont une grande charge émotionnelle, et pour ceux qui ont du mal à lâcher prise, ou à exprimer leurs émotions. Cet outil thérapeutique est une alternative qui permet de bénéficier des bienfaits de l’hypnose, uniquement avec la conversation.

L’hypnose conversationnelle reste néanmoins réservée à un accompagnement ponctuel, et constitue un support pour la thérapie. Elle est parfaitement indiquée pour les enfants de moins de 7 ans, qui n’ont pas encore développé toutes les facultés cognitives nécessaires à l’hypnose formelle.

Après 7 ans, le potentiel de l’enfant à l’hypnose est maximal, car il est capable d’imaginer, d’élaborer et d’être actif dans les jeux proposés par le thérapeute. Les spécialistes utilisent alors la pédo-hypnose, adaptée pour les enfants de cet âge.

Ce n’est qu’à partir de 16 ans qu’il est possible de pratiquer une hypnothérapie semblable à celle des adultes, à condition d’avoir un adolescent participatif et curieux.

Hypnose chez les enfants, quelles indications ?

De nombreux troubles émotionnels chez l’enfant peuvent être traités par l’hypnose, comme la peur, les phobies, la tristesse, les sautes d’humeur, l’anxiété, les difficultés de concentration, la timidité… Les enfants peuvent en effet être sujets à divers problèmes, liés à des événements vécus, ou à un caractère inné.

Un deuil familial, une séparation des parents, ou même un déménagement, sont autant d’expériences de la vie qui ont un impact certain sur la psychologie d’un enfant, entrainant des difficultés scolaires ou d’autres troubles psychosomatiques.

L’Hypnose sur enfant agit également sur les douleurs physiques récurrentes, comme les maux de ventre, ou à la suite d’un soin médical éprouvant, comme une visite chez le dentiste ou un vaccin.

Les motifs de visite les plus fréquents des enfants chez un hypnothérapeute sont l’énurésie, la phobie ou le stress scolaire, le manque de confiance en soi, les cauchemars, les difficultés d’adaptation, et le renfermement sur soi.

L’énurésie ou « pipi au lit » est un véritable sujet tabou chez l’enfant, un problème dont il a honte et qui le fait souffrir. L’hypnose est une solution souvent efficace, qui aborde ce trouble avec des mots simples.

La phobie et l’échec scolaire peuvent toucher quasiment tous les enfants, même les plus brillants. Le rôle de l’hypnothérapeute est d’aider ces enfants à renouer avec leur scolarité, en les rassurant et en effectuant avec un eux un travail en douceur. Par ailleurs, l’hypnose, est efficace pour gérer les troubles de concentration, en remodelant le système de pensée de l’enfant.

Enfin, l’hypnose est efficace pour traiter les problèmes de manque de confiance en soi chez l’enfant. Ce type de trouble est généralement dû à une expérience de vie douloureuse ou mal vécue, qui peut engendrer des difficultés dans l’évolution. L’hypnose permet dans ce cas d’aider l’enfant à intégrer cet événement à sa personnalité.

Comment se déroule une séance d’hypnose avec un enfant ?

Une consultation d’hypnose dure au maximum 45 minutes, mais elle est souvent plus courte chez les plus jeunes enfants. Le nombre de séances dépend de plusieurs facteurs, deux à trois consultations peuvent être suffisantes dans certains cas, mais parfois il peut être nécessaire d’effectuer plusieurs séances.

La première rencontre est généralement une occasion pour s’entretenir avec le jeune patient et ses parents, afin de situer le problème et de définir une stratégie thérapeutique. Les prochaines séances se passent sans la présence des parents.

Pour les moins de 7 ans, l’hypnose se déroule sous forme de dialogue, où l’enfant est invité par le thérapeute à voir les choses autrement, au moyen d’outils de communication spécifiques. La pratique chez les enfants plus grands se base sur des techniques d’induction plus formelles, comme une focalisation sur une image ou une sensation particulière.

Le thérapeute peut proposer à l’enfant de visualiser une image ou de ressentir un souffle, en ayant les yeux fermés. L’hypnose s’installe progressivement, à travers des suggestions adaptées à l’âge et aux centres de l’intérêt de l’enfant.

L’hypnose chez l’enfant est plutôt dynamique, car le patient peut bouger et parler, à la différence de l’adulte qui a souvent l’air de dormir, et qui est immobile.

Il est important de noter que l’hypnothérapeute ne manipule pas l’enfant, que ce dernier est en thérapie, avec un professionnel bien formé.

Cet article a été vu 233 fois !