En optique, on utilise plusieurs types de verres, afin de corriger différents troubles de la vision. D’une manière générale, il faut savoir que les professionnels du milieu sont en recherche permanente, pour développer des produits toujours plus sophistiqués, qui offrent un confort maximal à chaque utilisateur. Quel que soit le type de verre, on multiplie les traitements pour affiner, polir ou encore faciliter l’entretien ensuite.

Les trois grandes familles de verres : unifocaux, multifocaux et progressifs

On sollicite très souvent les verres unifocaux, car ils permettent de corriger les troubles de la vision les plus fréquents, à savoir la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. Dans leur forme, ils possèdent une puissance de correction identique sur toute la surface.

Dans le cadre de pathologies plus complexes, on a beaucoup utilisé les verres multifocaux. Selon les cas, ils se composent de deux à trois zones de correction. Ainsi, on peut les fabriquer pour corriger simultanément plusieurs troubles et des déficiences visuelles spécifiques. Cependant, si vous habitez en Suisse, un opticien à Lausanne vous conseillera peut-être d’autres alternatives, car les verres multifocaux sont aujourd’hui plus rares, en raison de leur aspect esthétique peu apprécié.

Désormais, sur les déficiences visuelles multiples, on privilégie le verre progressif, permettant aussi d’avoir plusieurs zones de correction sur une même surface. La délimitation entre chaque zone, ici, est complètement invisible. La transition entre un mode de vision et un autre est plus douce, ce qui augmente considérablement le confort de l’utilisateur.

Quelles différences entre les verres concave, convexe et torique ?

Les personnes myopes portent des verres unifocaux concaves. Ils sont plus fins au centre et plus épais sur les côtés. Du côté des hypermétropes, on utilise les verres unifocaux convexes. Ils ont une forme inversée : la partie épaisse est au centre, et la surface est plus fine sur les côtés. Alors que les premiers améliorent la vue de loin, les seconds permettent de mieux voir de près. On peut aussi solliciter les verres toriques, qui ont des axes variables, pour corriger les problèmes des astigmates.

Les différents traitements pour les verres de lunettes

Avant d’être livré et fixé sur sa monture, le verre subit un grand nombre de traitements : chacun a un objectif bien particulier. On réalise souvent un traitement anti-reflets, considéré comme un ajout de confort – mais ayant aussi un rôle esthétique. En effet, cette initiative permet de rendre les verres plus transparents et plus jolis, tout en optimisant le confort de la personne, qui sera moins vite éblouie.

Pour simplifier l’entretien, il existe différentes formes de traitement : antisalissure et anti-rayures. Dans un tout autre esprit, de plus en plus d’individus demandent le traitement anti lumière bleue, qui améliore le confort au moment d’utiliser des écrans.

Enfin, le verre peut être coloré pour atténuer la luminosité, hydrophile pour réduire la condensation, aminci pour des raisons esthétiques, antibuée ou même photochromique (la couleur s’adapte à la luminosité).


Cet article a été vu 394 fois !