L’apnée du sommeil augmente le risque d’accident de la route

06/03/2024 | Maladies et maux

Parce que l’apnée du sommeil entraine une somnolence qui augmente le risque d’accident de la circulation, il est important de diagnostiquer cette maladie respiratoire pour la traiter efficacement.

En France, la somnolence au volant est responsable de 20% des accidents mortels de la circulation. Provoquée par un état de fatigue, elle peut aussi être le signe d’une maladie respiratoire non diagnostiquée : l’apnée du sommeil. Présentation de cette pathologie et des risques associés.

L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un syndrome qui se caractérise par une obstruction du pharynx entrainant des pauses respiratoires pendant le sommeil accompagnées de micro-réveils. La personne qui en souffre se réveille fatiguée et la somnolence l’accompagne à certaines heures de la journée. Le risque d’accident de la circulation par assoupissement ou manque de vigilance devient alors important.

Les conséquences d’un accident de la route lié à l’apnée du sommeil peuvent être dévastatrices. Non seulement l’individu lui-même risque des blessures graves ou la mort, mais il peut également causer des blessures à d’autres usagers de la route. Les dommages matériels peuvent aussi être considérables.

Par ailleurs, dans le cadre professionnel (chauffeurs de camions, conducteurs d’engins, livreurs…), l’apnée du sommeil présente un réel danger pour la sécurité du conducteur et celle des autres usagers de la route.

Diagnostiquer la maladie

Souvent peu consciente de leur maladie, les personnes atteintes du syndrome d’apnée du sommeil sont dirigées vers un diagnostic lorsque le conjoint perçoit les signes avant-coureurs. Il s’inquiète des ronflements bruyants et de l’interruption répétée de la respiration pendant le sommeil.

Outre la somnolence, le syndrome d’apnée du sommeil présente aussi des risques de maladies cardiovasculaires (cf. sommeilapnee.fr pour le détail des symptômes). Il est donc important de pratiquer un diagnostic. Plusieurs types d’examens sont possibles, le plus courant étant la polygraphie respiratoire. Il s’agit d’un enregistrement tout au long de la nuit de l’activité respiratoire et cardiaque du patient. Il se pratique à domicile ou à l’hôpital.

L’enregistrement de l’activité électrique du cerveau par électroencéphalogramme est un autre moyen pour identifier les signes d’altérations du sommeil, comme les micro-éveils fréquents. Il en est de même avec l’enregistrement de la respiration. Des capteurs sont placés sur le nez, la bouche et le thorax pour mesurer les flux d’air et les mouvements respiratoires pendant le sommeil.

Traiter la maladie

L’apnée du sommeil se traite en utilisant un respirateur par pression positive continue (PPC). Cet appareil maintient l’ouverture des voies respiratoires en insufflant de l’air par le nez à l’aide d’un masque. La PPC est le traitement à privilégier pour réduire les symptômes et améliorer la qualité du sommeil.

On utilise aussi chez certains patients des orthèses d’avancée mandibulaire (OAM), similaires à des appareils dentaires, dont le rôle est de permettre le passage de l’air en maintenant la mâchoire et la langue vers l’avant. Le patient se réveille reposé, sa vigilance est rétablie, et son risque d’accident de la route par somnolence est réduit.

Enfin, des changements de mode de vie, comme perdre du poids ou arrêter de fumer, contribue également à réduire la somnolence liée à l’apnée du sommeil, ce qui rend les personnes atteintes nettement moins susceptibles de s’endormir au volant.

Cet article a été vu 192 fois !

A propos de ce blog

Découvrez les infos sur le sport et la santé, le bien être, l’alimentation ou encore les petits maux et grandes maladies.

N’hésitez pas à participer !

Sujets fréquents

Avertissement

Les auteurs du site eticqe.fr font tout pour offrir des informations à jour et correctes. Des erreurs peuvent cependant parfois se glisser dans ces informations.
Le site eticqe.fr ne peut totalement garantir l’exhaustivité du contenu ou l’actualité de ces informations et données.

Merci de toujours consulter un médecin si vous avez un problème de santé !